vendredi 3 novembre 2017

Juin 2016 Rapport de voyage (français)

UN NOUVEAU PROFESSEUR S'AJOUTE À L'ÉCOLE FULA FLUTE

20 juin 2016


Maître Bouba Mbeng
De retour de ma visite bi-annuelle avec nos élèves à Conakry je suis très heureux de vous rapporter que l’École Fula Flute se porte bien.

Depuis décembre dernier, lorsque nous vous avions relaté que nos étudiants avaient joué à la cérémonie d’inauguration du Président un nouveau professeur s’est joint à nous, il est venu bien recommendé par l’une d’entre vous, généreuses donatrices et donateurs, on l’a mis à l’essai il est formidable! Maître Bouba Mbeng est un grand percussioniste, joueur de kamala ngoni et excellent chanteur, il est d’une grande gentillesse et avec patience et douceur il arrive à de beaux résultats comme en témoignent les clips ci-joints (“Fouta” et “Suite Percussion”). De plus, il est arrivé au bon moment pour combler un vide et a contribué à augmenter la versatilité de nos élèves en les introduisant au kamala ngoni.

Nos étudiants ont un amour profond de la musique, plus on leur en donne plus ils en veulent et cette fois-ci j’étais content d'entamer avec nos plus avancés les fondements de la tambin chromatique. J'ai aussi eu le plaisir de leur faire jouer le morceau de jazz classique “Saint James Infirmary,” en plus de “Frère Jacques”–en canon comme il se doit–et le classique mandingue “Soundiata” en trois tonalités: la bémol, si bémol et do.

Bouba joue le kamala ngoni et chante accompagné de ses élèves

De plus, je me suis concentré sur les plus petits pour les amener à mieux fermer les trous de la flûte et produire ainsi un meilleur son. Les grands n’ont pas de patience avec eux mais j’ai insisté qu’ils observent la classe et quelques uns ont suivi mon conseil et nous avons progressé ainsi.

Maître Mamady Mansaré est un des plus grands artistes de la Guinée, il vient régulièrement offrir son instruction en flûte Malinké. Je le respecte doublement, triplement et quadruplement même car il vient de loin pour enseigner. Sa contribution est inestimable, tout simplement le coeur de la flûte Guinéene. Nous le remercions profondément.

Parmi nos élèves un fabricant entousiaste de flûte s’est manifesté en la personne d’Abdoulaye, notre batteur-en-chef, à qui j’ai pu démontrer des principes de fabrication qu’il s’est empressé de mettre en pratique et a ainsi produit quelques flûtes décentes.

Vers la fin de mon séjour, des étudiants en musique de l’ISAG (Institut Supérieur des Arts de Guinée)–étonnamment, surtout des pianistes–nous ont rendu visite et ont pendant plusieurs jours assistés à nos activité, pris des notes, posé beaucoup de bonnes questions et furent apparemment très intéressés parce qu’ils ont vu et entendu. Il semblerait qu'une nouvelle relation est en cours de développement avec l'Institut.

La classe de flûte joue "Saint James Infirmary"

Le Centre Tyabala de Guinée est administré par des personnes honorables et courageuses. En effet, et cela depuis huit ans, M. Mohamed Momo Sylla et Mme Véronique Patric Lamah sont sur le terrain chaque jour à superviser les classes, les repas, s’occupent d’administration, de recrutement, effectuent des démarches et s’occupent de tous les besoins petits et grands.

L’argent que vous donnez est bien utilisé: il contribue à acheter et réparer les instruments, payer les professeurs, nourrir, habiller et offrir des soins médicaux aux enfants. 


Les directeurs Momo Sylla et Veronique Lamah
Momo Sylla et Veronique Lamah
Pendant mon séjour une crise a éclaté, il semblerait que des intérêts privés avaient obtenu le contrôle du fameux hangar dans lequel nous et d’autres travaillons et que nous étions sur le point d'être évincés. Beaucoup de gens se sont activées contre cette décision jusqu’au soir où une semaine plus tard on m’a rapporté que le bureau de nul autre que le Président de la République avait émis un communiqué à la télévision disant que “la Maison des Jeunes de Taouyah restera à jamais la Maison des Jeunes de Taouyah et que les rumeurs qui disent qu’elle avait été vendue étaient fausses.”

Il y a eu des célébrations qui ont malheureusement coincidé avec le temps que nous avions prévu pour enregistrer le répertoire de Bouba. Des gars ont installé de grands haut-parleurs sur la voie publique et en pleine journée le bruit a commencé: musique à tue-tête interrompue par de longs discours. Nous avons quand même pu négocier un sursis d’une heure et quelque dont nous avons profité pour faire notre travail. 


Une session d'enregistrement avec la classe de percussion de Bouba

Il y eu beaucoup de moments magiques et ce fut un voyage inoubliable… qui en appele un autre… à l’automne prochain, inch’ Allah.

Merci infiniment de votre intérêt chers lecteurs et lectrices. Votre support nous est essentiel, comme l’air qu’on respire, et votre générosité se manifeste chaque jour dans la vie de notre école et le bonheur qu'éprouvent nos élèves dans la découverte de la musique.

Je vous invite à visiter notre site: http://fulaflute.net/eff/index.html.

Sincères salutations à toutes et à tous,
Sylvain 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mai 2017 Travel Report

Things are looking up May 31, 2017 Dear Friends, Last February, I visited our dear Ecole Fula Flute / Centre Tyabala in Conakry, Guine...